Le volcan Krakatoa, j’en rêvais, je l’ai fait ! Ca faisait un moment que je lorgnais sur ce volcan indonésien situé en pleine mer, entre les îles de Java et Sumatra… Ceux qui me connaissent le savent, j’aime les montagnes et les volcans. J’ai eu la chance d’en approcher un certain nombre en Asie du Sud-Est (SemeruPinatuboRinjani, pour ne citer que ceux-là).

Aujourd’hui, je démarre une série de 2 articles au sujet d’une escapade en Indonésie pour aller voir ce fameux volcan : le Krakatoa. J’y étais le mois dernier, c’est encore tout frais !

Krakatoa, kezako ?!

Sachez qu’en 1883 a eu lieu l’une des éruptions volcaniques les plus violentes de mémoire d’homme.

Lisez donc le passage suivant (article complet en anglais par ici), qui donne une idée del’ampleur du phénomène qui s’est produit ce 27 août 1883 :

« La force de l’éruption a généré le bruit le plus fort jamais enregistré : il a été entendu à 4 653 km de distance sur Rodriguez Island dans l’Océan Indien, et à quelque 4800 km de distance à Alice Springs (Australie) ; les ondes de choc ont circulé 7 fois autour de la Terre ; et la force de l’explosion a été quelque 10 000 fois plus forte que la bombe atomique de Hiroshima. »

Le tsunami dévastateur qui a suivi a tué plusieurs dizaines de milliers de personnes sur les côtes indonésiennes… Et le climat mondial a été perturbé pendant plusieurs années suivant l’éruption, notamment avec un réchauffement des températures.

Voilà pour la minute historique !

Depuis ces événements de 1883, la zone du volcan était plutôt calme.

Puis un beau jour, en 1927 pour être précis, une nouvelle éruption (plus modeste) a donné naissance à un nouveau volcan, qui a pointé le bout de son nez hors de l’eau ! Cf le point rouge ci-dessous*… aujourd’hui, cette petite protubérance dépasse 300 mètres de haut, et crache régulièrement un joli nuage de fumée !

* si la carte GoogleMaps veut bien s’afficher ! Sinon : Carte du Blog « Thib in S’pore » en grand format

Pour se rendre sur place, ce n’est pas très compliqué : on commence avec 4 heures de route (de nuit) depuis Jakarta, pour rejoindre le petit village de Carita, situé en bord de mer.

Une fois arrivés à Carita, prenez un bateau (avec son équipage c’est mieux)…

Comptez près de deux heures de traversée…

Et vous apercevrez enfin l’ensemble du Krakatoa, sur la photo ci-dessous. Le cône de gauche est en réalité Pulau Rakata (cf ma petite carte Google Map un peu plus haut) qui est un reste de l’ancien super volcan qui a explosé en 1883. C’est sur cette île que nous allons passer quelques jours…

Ah, on arrive… une plage de sable, de la jungle, une eau turquoise, et pas la moindre petite bicoque… ça me plaît déjà cet endroit !

Une fois débarqués, nous prenons nos quartiers… la plage est étroite et sauvage…

Et juste face de nous, à quelques centaines de mètres, je vous présente l’Anak Krakatoa… c’est ce cône fumant qui est sorti de la mer en 1927… et depuis, ce volcan actif n’arrête pas de grandir, année après année !

Et que fait-on, sur cette île en face du volcan ?

Inutile de chercher des activités type parasailing, jetski ou plongée sous-marine, c’est peine perdue. Pas de bar non plus, donc pas de banana milkshake siroté sur un transat. Et pas non plus de nuée de touristes type Côte d’Azur au mois d’août. La longueur de la plage permet aisément à la petite dizaine de personnes présentes de ne pas se marcher sur les pieds…

Alors en vrac, parmi les activités du week-end, il faudra retenir les parties de pêche (merci Tom pour le matos), la chasse aux mini-crabes (pour servir d’appâts), les séances de dessins sur sable, le mini-golf improvisé, les concours de ricochets, les nombreuses baignades, mais aussi lecture, parties de cartes, etc…

Quelques uns de nos trophées de pêche, qui ont fini délicieusement grillés dans nos assiettes pour le dîner. Chapeau bas à Tom pour sa patience…

Puis, après avoir invoqué pendant quelques heures les divinités locales avec des danses tribales improvisées, est arrivé ce que nous attendions tous : un énorme champignon de fumée grise qui sort du volcan, là, juste devant nous :

Je vous jure, c’est impressionnant ! Et nous sommes aux premières loges ! Ca m’a rappelé le Semeru

Durant certaines périodes, lorsque le volcan est très actif, il se produit ce genre de spectacle plusieurs dizaines de fois par jour. Le volcan est assez calme en ce moment, donc nous sommes contents d’avoir vu ça !

Une fois remis de ces émotions fumeuses, laissez-moi vous donner un aperçu de la vie sur l’île. C’est plutôt spartiate il faut le reconnaître… Ci-dessous, c’est la cuisine !

Et là, une de nos tentes, avec un bon dîner qui nous attend sur la bâche bleue : crevettes frites, poissons grillés, soupe de légumes, crudités, le tout assaisonné par une sauce épicée concoctée par notre cuistot… miam !

C’est donc ambiance « nature » durant ces quelques jours. Pas d’électricité, pas d’eau courante. Donc pas de douches, remplacées à défaut par de réguliers bains de mer…

Ce que les photos ne montrent pas, ce sont les petits désagréments auxquels il faut s’adapter. Je pense notamment aux millions (milliards !) de fourmis, rouges mais non piquantes (ouf), qui habitent sur cette île. Notre campement était certainement situé sur une fourmilière géante, je ne vois pas d’autre explication ! Je vous passe les autres insectes de tailles plus respectables, les crabes, sans oublier les varans (espèce de gros lézards mesurant plus d’un mètre de long) qui viennent récupérer les restes du dîner…

Mais n’oublions pas de mentionner les bons points : pas de moustiques à signaler, ni de sangsues, ni de sandflies ! Trop facile !

(Pour les néophytes, sachez que les « sandflies » sont de petits moucherons minuscules qui donnent des boutons qui démangent pendant des jours… on en croise beaucoup sur les plage de Malaisie et à certains endroits d’Indonésie… et c’est une vraie plaie !)

Le soir, le ciel se pare de jolies couleurs, toujours avec le volcan en arrière-plan, c’est superbe…

La photo suivante est prise avec un trépied, pour capter les dernières lumières…

Et ci-dessous, une tentative de « light painting« , réalisée sans truquage, avec un appareil photo sur trépied et une lampe de poche ! Pas mal non ?

La photos bonus de cette première partie (il y aura une suite !) : un crabe pris en flagrant délit de vol d’une tasse de thé…

A très bientôt pour la deuxième partie ! Je l’ai quasiment terminée… je vous emmènerai sur l’île du volcan !

[Voir ici pour la deuxième partie]

Thib.

PS : je rappelle les différents moyens pour suivre les futurs épisodes de ce blog à la publication aléatoire et imprévisible : la newsletter (colonne de droite), qui vous permet de recevoir un email à chaque sortie d’article, ou alors la page Facebook. Et si vous appréciez mes articles, n’hésitez pas à les faire tourner autour de vous ! Merci :-)


Détails pratiques : voir ici.

 

Lien partenaire :  “Treks en Indonésie
Pourquoi ce partenariat ?

 


Tags de l'article :
 

12 réponses à Volcan Krakatoa, partie 1 (Java, Indonesie)

  1. Cela m’a egalement rappelé le semeru et m’a donné envie de retourner en asie du sud est, un jour prochain.

    En attendant des news from la bas…

    Merci

    Amara

  2. Magali dit :

    Je veux une cassdédi en light painting !!!!!! J’adore l’effet !! 

    Bisous frérot, à très vite (pour de vrai en plus!) !

     

  3. une néophyte (et qui s'assume) dit :

    Merci pour l’explication sur les sandflies, c’est fou ce qu’on apprend comme choses intéressantes en traînant sur ce blog… ;-)

  4. Pedro dit :

    j’ai hate d’avoir mon prochain diner mondain pour placer ma connaissance de ces « mouches de sable ».

    Merci mon Thib

  5. Ferhat dit :

    Sympa cet article, j’attend le numero 2 avec impatience ! Et curieux ce « light painting », je ne conaissais pas, le rendu est super en tout cas ! A bientot

  6. Thib dit :

    @ Amara : oui c’est effectivement le même type d’éruption que le Semeru (on appelle ça une éruption « plinienne »). As-tu été par là-bas ?

    @ Magali : promis j’y pense au prochain coup ! A très bientôt ;-)

    @ une néophyte : merci encore pour tes retours constructifs sur mes articles ! Sans aucune ironie.

    @ Pedro : ces sandflies, c’est un fléau sur certaines plages de Malaisie… imagine toi, une plage de rêve, sable fin, eau turquoise, personne pour t’embêter, et tu ne peux pas t’allonger sur
    ta serviette… sinon tu te fais bouffer par ces minuscules petites mouches ! C’est frustrant !

    @ Ferhat : merci pour ton passage par ici. La suite arrive, dans quelques jours. Et concernant le light painting, c’est assez simple à comprendre, mais moins évident à réaliser ! A bientôt
    !

  7. Alain Michelena dit :

    Tu es gentil Thib de nous parler des sandflies mais tu ne nous explique pas comment eviter leurs trés enervantes piqûres.

    Heureusement, la solution est ici : http://musique.ados.fr/Regglyss/Mets-De-L-Huile-t59196.html

  8. Thib dit :

    Très bonne remarque Alain, merci !

    :-D

  9. voyage asie dit :

    Au contraire, sympa ce ligth painting (et puis c’est très à la mode en ce moment !). Je pars bientôt en Asie du Sud Est pour 6 mois, et ton blog donne vraiment envie de partir… Belles photos et
    récits instructifs et captivants en tout cas ;)

    Bonne continuation !

  10. Thib dit :

    Merci, et bon voyage ;-)

  11. A y est ! je sais où je pars  à Noël !

  12. Thib dit :

    Je veux une photo de toi en Père Noël sur les flancs du Krakatoa !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>